dechets-et-environnement

Station d'épuration

LA STATION D'EPURATION

Quand la station du Petit Plessis et le bassin tampon de la sablière nettoient notre eau

Nous consommons de 50 à 200 litres d'eau par jour par habitant. Après utilisation (toilette, vaisselle, arrosage) elle est rejetée dans des canalisations qui l'amènent à une usine.

Elle y subira des traitements de manière à être rejetée dans le milieu naturel aussi propre qu'elle était au moment de son prélèvement, si c'est possible.

Olonne sur Mer héberge ainsi la station d'épuration du Petit Plessis et le bassin tampon de la sablière, qui traitent les eaux de la commune, mais aussi celles des Sables d'Olonne, du Château d'Olonne.

Cette structure est la propriété de la Communauté de Communes des Olonnes qui en confie la gestion à l'entreprise CISE. Créée en 1972 puis progressivement agrandie, elle est capable d'épurer aujourd'hui 20 000 m3 d'eau par jour.

Ceci comprend les rejets des abonnés au réseau de collecte (dont 12 800 m3 d'eaux domestiques) et aussi les eaux pluviales. Au fait, comment peut-on nettoyer de l'eau ?

Schéma qui en résume les grands principes :

schéma station épuration
 

Si les processus de traitement semblent simples, ils doivent faire face à de nombreuses difficultés. Par exemple, la répartition géographique des abonnés oblige les eaux collectées à parfois traverser de grandes distances avant d'arriver à la station : par temps chaud, elles fermentent, ce qui altère encore leur qualité. Ceci, lié au temps de transit nécessaire dans les structures de traitement, induit l'émanation d'odeurs désagréables...

Des améliorations se mettent progressivement en place : notamment la couverture des installations et le traitement des odeurs. Ce sont des procédés coûteux, mais il en va de la qualité de vie.

De plus, les installations sont soumises à de fortes variations de débit, surtout avec les arrivées massives de touristes. C'est pourquoi le système d'appoint (emploi de substances chimiques, indiqué sur le schéma) vient durant cette période compléter le traitement réalisé en continu par les bactéries.

Les problèmes de consommation et de qualité de l'eau existent aussi dans d'autres départements. En Bretagne, d'importantes campagnes de sensibilisation incitent les particuliers, les administrations, les campings à économiser l'eau grâce à des équipements (chasses d'eau économes). Cela équivaut à économiser de l'argent et - cerise sur le gâteau - à polluer moins d'eau...Une idée qui coule de source !...

 
 
Abonnez-vous à nos alertes météo

Alerte météo Email

Combien font 5 + 17 ? (chiffre)